« Appareil photos jetable autorisé »

A une époque où la photographie numérique avait depuis déjà bien longtemps supplantée l’argentique, cette consigne pouvait avoir de quoi surprendre !

J’étais en 5ème et me préparais à partir en séjour scolaire en Grande-Bretagne…

Publicités

A une époque où la photographie numérique avait depuis déjà bien longtemps supplanté l’argentique, cette consigne pouvait avoir de quoi surprendre !

J’étais en 5ème et me préparais à partir en séjour scolaire en Grande-Bretagne…

L’accès à l’appareil photos familial m’était interdit – trop délicat et fragile à manier disaient mes parents – et cette simple mention m’ouvrait tout à coup de vastes perspectives de reporter-photographe ! L’appellation tout de même me laissait songeuse. Jeter un appareil, est-ce bien raisonnable ? J’avais un peu de mal à saisir le concept… Quoiqu’il en soit, jetable ou pas, j’avais là l’occasion d’avoir pour la première fois MON appareil photos !

J’ai bien pris soin de veiller à ce que mes parents prennent connaissance de cette autorisation et j’ai, l’air de rien, évoqué l’idée qu’ils achètent un « appareil photos jetable ». Ils ont refusé, j’ai insisté. Ils ont persévéré. Moi aussi. J’ai pleuré, crié, pesté…, ils ont cédé !

Quelques supermarchés plus tard – signe peut-être que le produit est en perte de vitesse ? – nous avons acquis le précieux objet : 36 poses, flash intégré, presque un objet de luxe, en tout cas, malgré son apparence un peu trop cartonnée à mon goût.

Le séjour outre-manche est enfin arrivé. Dès le premier jour, j’ai bien saisi, au regard envieux de mes amies, qu’il y avait deux catégories de personnes : celles qui n’avaient pas d’appareil photos jetable… et moi : seule de ma classe à en posséder un.

L’amitié à l’âge ingrat nécessite des concessions et mon appareil est un peu devenu pendant le séjour – enfin le temps d’enfiler les 36 poses – celui d’une classe entière. Sur le ferry, dans le bus, à l’arrivée, chacun avait une bonne raison de prendre une photo.

C’est peut-être ce que mes parents ont eu le plus de mal à comprendre lorsque…, après avoir réglé un développement au tarif… prohibitif, ils ont découvert nos 36 œuvres collectives !